Des maisons écologiques avec des sacs plastiques modulables et des fils barbelés et résistent aux tremblements de terre, au feu, aux inondations ou aux ouragans | Extérieur | Brico - Déco

Une construction de Nader Khalili

Extérieur
Typographie

L'architecte Nader Khalili a fondé Cal-Earth en prenant comme fondations les travaux qu'il avait réalisés pour la Nasa. Il s'est

installé dans le désert de Mojave, au sud de la Californie. Une localisation appropriée pour le développement de ces dômes d’abord imaginés comme de possibles habitats lunaires. Là, l'espace désertique est tour à tour l'objet de très hautes températures et de refroidissements subits, de vents terribles et de crues dantesques, une puissante activité sismique couronnant ce climat hostile. L'emploi de matériaux simples allié à des techniques élémentaires découle ainsi des premières projections de cet architecte. Perfectionné sur Terre dans des conditions extrêmes, son concept s'avère la réponse idéale aux besoins de logements en zones déboisées ou en régions sinistrées, tout en comblant les souhaits des éco-constructeurs et des personnes aux budgets limités.

Une maison à bas coût ...Comment ? En ayant recours à un nombre limité de matières premières, et peu chères. La clé de voûte de ces constructions repose entièrement sur le Superadobe. On désigne sous cette appellation des sacs tubulaires. Commercialisés en rouleaux de différentes largeurs, ils permettent, une fois emplis de terre ou de sable, d'élever des murs de soutènement afin d'édifier des bâtiments en forme de dôme. Étanches, se défiant des attaques d'insectes et protégeant au long terme leur garniture gratuite, ces sacs peuvent être coupés et modelés à l'envi. Ils sont ensuite disposés par couches successives et maintenus entre eux par du fil de fer barbelé, élément recyclable agissant en tant que puissant liant. Un revêtement (chaux, ciment…) est par la suite appliqué. Cette combinaison d'éléments naturels et synthétiques maximalise la fermeté de l'ensemble. La terre assure une très bonne isolation thermique alors que la texture de Superadobe s'avère un rempart contre l'humidité et la pluie. La solidité de telles habitations est telle qu'elles résistent aux tremblements de terre, au feu, aux inondations ou aux ouragans. De surcroît, la construction de l'œuvre reste à la fois libre et rapide. Il est ainsi possible de créer autant d'ouvertures (portes ou fenêtres) que désiré et le temps d'élévation de ces bâtiments, édifiés sans recours aux ingénieries lourdes, dépend essentiellement de leur importance. Selon Cal-Earth, un chantier mettant sept participants en action permettrait de façonner un double éco-dôme (d’environ 80 m2) en seulement dix semaines. Côté tarif, les Superadobe sont vendus en ligne à prix modestes, ce qui s'avère la garantie d'une maison à moindre coût. Une construction pour quatre personnes reviendrait ainsi à moins de 10 000 €. Même si les sacs estampillés Cal-Earth sont vendus principalement aux États-Unis, le concept est en train de prendre racine en France, où des stages sont ponctuellement organisés pour aider les amateurs à appréhender toutes les étapes de la construction. Enfin, s'adaptant aussi bien aux climats ensoleillés, humides ou froids, ces habitats, transposables même aux environnements souterrains, peuvent évidemment être pourvus de planchers et équipés en réseaux hydrauliques ou électriques....

Source le Messager