Rabastens ► O - Rabastens, Notre Dame du Bourg | Sorties Nature | Evénements et Loisirs
mercredi
21
novembre

O - Rabastens Notre Dame du bourg ( photo: G. Deschamps)

Sorties Nature
Typographie
Tarn
Signaler une erreurCette église a été reconnue par l'UNESCO en 1998 comme un des soixante-dix édifices majeurs illustrant le bien du patrimoine mondial : "les chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France". Notre Dame du Bourg est une des étapes majeures sur une des routes secondaires de Saint Jacques de Compostelle reliant la via podiensi et Rodez à Toulouse. Notre Dame du Bourg était à l’origine un prieuré dépendant de l’Abbaye de Moissac. Elle a été bénie le jour de Saint-Pierre 1318 par Béranger de Landorre, Archevêque de Compostelle et légat du Pape. En 1998, l’UNESCO a retenu l’église comme un des 70 édifices majeurs illustrant le bien du patrimoine mondial : Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France. A partir du portail, vous pouvez voir les huit chapiteaux de l’édifice romain du XIII° siècle. Parfaitement conservés, ils représentent de gauche à droite l’Annonciation, la Visitation, la naissance du Christ, les Rois-Mages, la présentation au Temple, le massacre des innocents, la fuite en Egypte et la tentation. Bien avant l’invention du livre, ces sculptures servaient à transmettre l’histoire de la Bible aux populations locales, le plus souvent analphabètes et à garder une domination spirituelle sur eux. Comme c'était la mode à Toulouse, le portail comporte neuf voussures en éventail couronnées par un arc sculpté de personnages et d’animaux fantastiques. Vous pouvez admirer dragons, salamandres, serpents et coqs. En entrant dans l’église voyez la pierre sculptée représentant le chevalier Pierre de Cunh en armure, un lion couché à ses pieds ce qui symbolise la force et la valeur. Une autre des curiosités de cette église réside dans les croix gammées qui ornent les voûtes. Ce sont des Svastikas, symbole indo-européen du mouvement et de vie. Au XIV° siècle, l’intérieur était entièrement recouvert de peintures. Prise par les protestants au cours des guerres de religion, l'église est transformée en corps de garde et les fresques sont détériorées. Quand les catholiques reprennent possession des lieux, ils recouvrent les fresques d'un badigeon de chaux pour purifier l'église. Dans le cœur, une chapelle dédiée à Saint Jacques déroule en sept épisodes l’histoire de la vie du Saint. Jusqu’en 1792, des reliques de la tête et des os de Saint Jacques on été conservées dans un buste d’argent. Les reliques de Saint Jacques sont très nombreuses dans le Sud-Ouest de la France. Il est donc vraisemblable que Saint Jacques était un élément fort de la culture religieuse traditionnelle et, tout comme Saint Roc, un saint dominant. Saint Jacques et Saint Christophe, tout deux patrons des pèlerins apparaissent dans l’iconographie de Notre Dame de Bourg. Imaginez ces pèlerins arrivant à pied de toutes les provinces, harassés par un long et périlleux voyage à travers des régions souvent inhospitalières. Partis sur la via podiensis, ils ont bifurqué autour de Najac et fait une première halte à Gaillac. Là, les moines hospitaliers leur ont servi un vin réconfortant. Comme des centaines de "pieds poudreux" ils ont fait confiance au paysan qui a fait un bout de chemin avec eux et leur a offert un petit vin aigrelet qu’ils ont bu à la hâte. Imaginez leur émerveillement lorsqu'ils découvrent le clocher de Notre Dame du Bourg et sa tour quadrangulaire, point de repère à l’horizon, et la splendeur de l’édifice tout en briques roses, qui domine les toits de la ville et les belles maisons typiques de l’Albigeois. Notre Dame de Bourg comme toutes les églises qui jalonnent les routes de Saint Jacques de Compostelle est un sanctuaire construit au Moyen-Âge pour répondre aux besoins des pèlerins. Le plan est souvent similaire. Leurs dimensions imposantes permettent d’accueillir les voyageurs en grand nombre. La lumière est omniprésente. Au Moyen-Âge, le pèlerin partait avec une certitude, il était prêt à accepter la souffrance physique et morale. C’était avant tout un acte de foi. Le voyage est long, risqué, mais aussi coûteux. Pérégriner c'est à cette époque risquer sa vie. Pour suivre ce chemin, point de cartes routières, les premières apparaîtront au XVII° siècle et elles seront encore très succinctes. Aussi, les marcheurs se rejoignaient et voyageaient par groupes. Ils venaient de tous les horizons et de toutes les classes sociales. Les pèlerins cheminaient de paroisse en paroisse vivant d’aumônes et d’hospitalité. Le pèlerin du Moyen-Âge, ce vagabond de Dieu ne pouvait se fier qu’à son instinct. Il développait un sens aigu de l’orientation ; Le soleil, les traces et la végétation lui servaient de repères. Du VIII° au XIV° siècle, ce sont 500 000 pèlerins qui se rendaient chaque année sur les lieux sacrés. Au milieu du XIII° siècle, la prise de Jérusalem par les Turcs empêche les Chrétiens de s’y rendre, ce qui explique en partie l'affluence sur les chemins de St Jacques. Les "Jacquets" venus des quatre coins d’Europe ont tracé quatre voies principales sur lesquelles abbayes et de chapelles sont autant de centres de repos et de prière pour les voyageurs. Rabastens est l’une d’entre elles.
Remarquable exemple de l’influence de l’architecture et de l’art toulousain en Albigeois au XIIIe et XIVe siècles, Notre Dame du Bourg est un joyau du style gothique méridional.
Infos pratiques:
Toute l'année.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
https://www.tourisme-vignoble-bastides.com
Tèl: 0 805 400 828
Plan

Vidéos récentes .

Media type
5:06
Hallelujah  a cappella par Pentatonix

Hallelujah a cappella par Pentatonix

Featured
Détails
by Actucity 2 years ago
Media type
3:27
L.E.J - SUMMER 2015

L.E.J - SUMMER 2015

Détails
by Actucity 3 years ago

Plus de vidéos