Calais: Les migrants reviennent, les associations aussi, la maire prend un arrêté | En France | Politique
vendredi
24
mars

En France
Typographie

Avec le nouveau regroupement des migrants à Calais, malgré le coût exorbitant de leur installation pratiquement inutile dans des centres un peu partout en

France, les associations toujours présentes, attaquent la maire qui a pris un arrêté anti distribution de repas afin d'éviter que le phénomène, qui a tant fait parler de lui, la jungle, ne se reproduise...Mais c'est sans compter avec toutes les associtations humantitaires pourfendeuses des lois...Ainsi donc la maire de Calais doit-elle se justifier de sa décision pour défendre sa ville et éviter que la jungle ne se reproduise, mais aussi prévoir un recours en justice des associations...."Le procès de l'inhumanité ne peut pas être fait à la Ville de Calais, comme il ne peut pas non plus être fait au maire que je suis. Humanité et fermeté sont les maîtres-mots qui ont guidé mon action depuis le début de la crise migratoire", a indiqué Natacha Bouchart (LR) dans un communiqué. "Pendant des mois, voire des années, chacun a pu constater toute l'humanité dont la population calaisienne a fait preuve en dépit d'une situation unique en France, qui a été vécue comme un traumatisme par de nombreux Calaisiens", a-t-elle ajouté. "Je me dois de prendre toutes les dispositions nécessaires pour empêcher de se réitérer une situation qui n'a que trop duré", a-t-elle encore affirmé. Mme Bouchart a pris un arrêté jeudi interdisant "toutes occupations abusives, prolongées et répétées de la zone industrielle des Dunes", située à proximité de l'ancienne "Jungle" de Calais et du terminal ferry, pointant ainsi du doigt "les distributions de repas aux migrants" sur cette zone entraînant "la présence régulière persistante et massive d'individus". "Ce n'est pas un arrêté anti-distribution de repas, mais anti-regroupements", s'était justifiée la mairie jeudi. Les associations de défense des migrants, qui jugent cet arrêté "inhumain" et "indigne", ont prévenu jeudi qu'elles allaient "poursuivre les distributions de repas" et qu'"un recours en justice" était envisagé. Ce nouvel épisode dans le bras de fer que se livrent la mairie et les associations fait suite à la décision de la Ville d'utiliser une benne à ordures pour bloquer le passage de douches modulaires destinées aux migrants devant un local du Secours catholique. Cette décision avait été retoquée par le tribunal administratif de Lille, la mairie avait alors pris un "arrêté interruptif de travaux". (source france 3.fr) Question: Pourquoi et comment en arrive -t-on partout à ce genre de situations si coûteuses pour le contribuable et inextricable pour les migrants arrivés en nombre et de plus en plus ?

Pour faire un commentaire sans passer par Facebook, il faut vous inscrire

Vidéos récentes .

Media type
5:06
Hallelujah  a cappella par Pentatonix

Hallelujah a cappella par Pentatonix

Featured
Détails
by Actucity 5 months ago
Media type
3:27
L.E.J - SUMMER 2015

L.E.J - SUMMER 2015

Détails
by Actucity 2 years ago

Plus de vidéos