Hyperloop ou comment transporter des passagers en hyper vitesse | Technique | Sciences et techniques

Technique
Typographie

Révolution future dans les transports avec le premier test mercredi en public mais dnas le désert américain, d'un système de propulsion destiné au futur train à

très grande vitesse baptisé "Hyperloop". Propulser des capsules transportant des passagers sur des coussins d'air, leur permettant de parcourir quelque 600 kilomètres en 30 minutes, c'est l'objectif de la startup américaine Hyperloop One. Soutenu par le magnat des technologies innovantes outre-Atlantique, Elon Musk, ce projet a été testé pour la première fois ce mercredi dans le désert américain. L'idée d'Hyperloop, considérée par certains comme de la science fiction, avait été lancée il y a trois ans par le milliardaire américain Elon Musk, déjà derrière les voitures électriques Tesla et la société aérospatiale SpaceX. Le système testé mercredi devrait permettre de propulser des capsules transportant des passagers ou du fret sur des coussins d'air dans un tube à basse pression. Le projet suscite des offres concurrentes et Hyperloop One ambitionne d'être la première d'entre elles à lui donner vie. "Nous transporterons du fret en 2019, et nous pensons que nous aurons des passagers transportés en sécurité par Hyperloop en 2021" a avancé le directeur général, Rob Lloyd. "L'objectif de ce test n'est pas seulement de déplacer ce traîneau", a souligné Brogan BamBrogan, cofondateur de Hyperloop One. "C'est de concevoir un système d'accélération dont on peut augmenter l'échelle pour transporter des passagers et du fret, et de faire baisser les coûts". A terme : Hyperloop One veut exporter sa technologie dans le monde entier. Mardi, la startup avait annoncé une levée de fonds de 80 millions de dollars auprès de 10 investisseurs, dont la SNCF. "On est devenus investisseurs minoritaires (...) pour être au coeur du développement, pour les accompagner, leur amener notre expérience de la grande vitesse, notre connaissance du client", a commenté Carole Desnost, directrice de l'innovation à la SNCF. Si le projet se concrétise, un trajet Paris-Montpellier pourrait être effectué en 40 minutes. 1200 km/h, c'est même plus rapide qu'un avion de ligne. A cette vitesse, le record du TGV réalisé en 2007 à 574,8 km/h est déjà loin. (source le midi libre)

Pour faire un commentaire sans passer par Facebook, il faut vous inscrire

Vidéos récentes .

Media type
5:06
Hallelujah  a cappella par Pentatonix

Hallelujah a cappella par Pentatonix

Featured
Détails
by Actucity 3 years ago
Media type
3:27
L.E.J - SUMMER 2015

L.E.J - SUMMER 2015

Détails
by Actucity 4 years ago

Plus de vidéos