Rugby: Les Irlandais les plus forts face à la France

Rugby
Tools
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Lors de la 3e journée du Tournoi des six nations hier samedi à Dublin, la France a subi la loi des Irlandais (9-19) en dépit d'une bonne entame de

match. Deuxième défaite en trois matches pour le XV de France dans le Tournoi des six nations. En déplacement en Irlande, les Français ont subi la montée en puissance de leurs adversaires pour finalement s'incliner de dix points (9-19). Il faudra donc repasser, et attendre la tournée de juin en Afrique du Sud pour que les Bleus décrochent éventuellement ce fameux match référence après lequel ils courent désespérément. Une des questions, avant le match, était de savoir si le XV de France allait afficher le visage montré à Twickenham (16-19 contre l'Angleterre), plutôt séduisant, ou celui, très brouillon, proposé contre l’Ecosse (22-16) au Stade de France il y a deux semaines. Réponse: aucun des deux. Car si face au XV du Chardon il avait eu le ballon mais avait manqué de lucidité et de justesse, à Lansdowne Road il n’a quasiment pas existé. Les Bleus ont pourtant réalisé la meilleure entame de match et menait (6-0) après 20 minutes de jeu, porté par une charnière Baptiste Serin-Camille Lopez très dynamique. Mais incapables de concrétiser leurs temps forts, les joueurs de Guy Novès ont connu un trou d'air de près d'une heure au tableau d'affichage. En face, l'Irlande a laissé passer l'orage avant de mettre en marche la machine, multipliant les assauts qui ont fini par épuiser la défense française. Les Bleus, menés d’une courte tête à la pause (6-7), ont pris l’eau au retour des vestiaires. Jusqu’au dernier quart d’heure, où l’apport du banc leur a permis de retrouver des couleurs, les Bleus ont passé leur temps à défendre, souvent percés au coeur par les combinaisons et passées redoublées orchestrées par Jonathan Sexton. Ils ont parfois défendu avec brio, malgré de nombreux plaquages manqués, pour éviter que les joueurs de Joe Schmidt n’atteignent la pause avec un avantage plus conséquent que celui de 7 à 6 après un essai au ras de Conor Murray, qui a été un poison. Ce ne fut pas le cas après la pause, où l’Irlande a concrétisé sa nette domination par la botte de Sexton, de retour après avoir manqué les deux premiers matches et auteur de deux pénalités (44 et 54), plus un drop (50). Et les Bleus? Absents. En deuxième période, ils ne sont allés qu’une seule fois dans les 22 mètres irlandais... à dix minutes de la fin! Les quelques autres fois où ils ont été dans le camp adverse, leur attaque a été gâchée par des maladresses, décidément récurrentes. C’est cependant collectivement que les Bleus ont souffert. Et le déplacement en Italie ne s’annonce pas comme une balade romaine. (source le progrès)